Photographier en prévision de l’intégration d’un projet virtuel en images de synthèse dans son site

En infographie d’architecture, il est parfois plus judicieux d’intégrer un projet en images de synthèse dans un fond photographique que de modéliser tout l’environnement en 3D. Mais quels sont les règles à suivre pour les prises de vues?

Localisation géographique, position par rapport au projet, orientation du projet, date et heure… Vous aurez besoin de toutes ces informations pour reconstituer les conditions de prise de vue dans votre logiciel d’infographie 3D favoris.

Les choix à faire:

1. Le lieu

Sur un même site, les possibilités de points de vue peuvent être très variés. Tenez compte des caractéristiques du projet afin de le mettre en valeur grâce à un cadrage approprié. Une vue de face ou de profil constituent très rarement un bon choix. Préférez une vue de 3/4 et tenez surtout compte des ombres.

2. Position de prise de vue par rapport au projet

Si c’est possible, prenez les mesures précises d’éléments existants qui seront visibles sur la photo. Ces éléments seront modélisés en 3D et aideront au placement correct de la caméra virtuelle pour que celle-ci corresponde au point de vue de la photo. Essayez de mesurer la position du point de vue par rapport à ces éléments.

Essayez toujours d’éviter les éléments gênants sur la vue (véhicules, personnes, arbres touffus, panneaux indicateurs… sans oublier la sangle de l’appareil photo ou votre doigt :)

3. La date

Si vous avez le choix, effectuez la prise de vue à une saison où la végétation existante participera au charme de la composition. Le printemps et l’automne sont mes saisons préférées pour la prise de vue.

4. L’heure

En fonction de la date, le choix de l’heure est un des points clés pour prendre une bonne photo: l’éclairage est sans conteste l’élément primordial pour réaliser une belle image, qu’il s’agisse d’une photo ou d’une image de synthèse. Le jeux des ombres doit permettre de « lire » les différents volumes du projet, ne pas être trop présentes ou mal placées. Il vaut mieux attendre quelques minutes ou heures pour obtenir de belles ombres. Vous pouvez, en fonction de l’orientation du projet en plan, déterminer la tranche horaire la plus susceptible de convenir pour la prise de vue.

Si les contrastes sont très importants, comme c’est le cas lorsqu’il y a beaucoup de soleil, et que vous utilisez un pied pour fixer votre appareil photo, vous pouvez « bracketer » c’est à dire prendre plusieurs photos sous-exposées et surexposée. Vous pourrez ainsi plus facilement corriger les contrastes lors du compositing (action d’assembler différents éléments visuels en vue de constituer une image unique).

Quelques conseils de prise de vue:

a) Prévoyez l’emprise définitive du bâtiment.

C’est rageant de prendre une bonne photographie pour se rendre compte au final que le projet dépasse du cadre. Cadrez un peu plus large!

b) Parallaxe et redressement:

Lorsque l’appareil photo n’est pas exactement au même niveau que le point visé, on constate que les verticales convergent vers un point de fuite (on obtient une perspective à trois points de fuite). Il est possible de corriger cet effet en retouche d’image mais prévoyez dans ce cas suffisamment d’espace de part et d’autres du bâtiment pour la correction.

Ne corrigez jamais l’effet de parallaxe sur votre photo originale. Intégrez d’abord l’image de synthèse du projet puis corrigez l’image composite finale.

c) Évitez au maximum de réaliser des intégrations sur des montages constitués de plusieurs photos

Il devient généralement impossible de déterminer le point de vue commun à l’ensemble des photos composant le montage. Mais je sais d’expérience qu’il n’est pas toujours possible d’éviter le montage, notamment lorsqu’on ne dispose pas du recul nécessaire. Il faut dans ce cas apporter beaucoup de soin au placement de l’appareil photo sur son pied pour que l’appareil soit placé à la pupille d’entrée.

d) N’oubliez pas de noter consciencieusement tous les paramètres de prise de vue:

  • position de l’appareil photo
  • objectif utilisé
  • focale utilisée
  • date et heure de la prise de vue

Si vous disposez d’un appareil numérique, une partie de ces informations sont le plus souvent enregistrées (ex: données EXIF du format JPEG).

e) A mon commandement… redressez-vous… fixe!

Pour vous faciliter la tâche, utilisez un pied, si possible avec niveau d’eau et vérifiez la parfaite horizontalité de l’appareil.

Vous obtiendrez ainsi des images nettes malgré un long temps de pose ou cela vous permettra d’utiliser plusieurs photos avec des expositions différentes pour corriger les contrastes trop importants.

Bonne photographie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.