Infographie 3D – Nommez les objets de vos scènes 3D

Dernière mise à jour le 16 juillet 2008

Calculer une image de synthèse ne représente qu’une infime partie du travail d’un infographiste 3D. Lorsque vous travaillez sur des scènes 3D complexes, il devient indispensable de gérer efficacement l’ensemble de ses composants.

Dans ces conditions, pouvoir identifier et sélectionner rapidement un objet spécifique ou une série d’objets similaires est un « must » mais… Comment s’y prendre?

Pourquoi nommer vos objets 3D de manière logique et systématique

Par objet, j’entends tout élément d’une scène 3D pouvant être nommé: une primitive, un maillage composé de faces ou de nurbs, un groupe d’objets, une source lumineuse, etc. Nous commençons même à utiliser cette nomenclature pour les matériaux et les textures.

Les avantages:

  • identifier et sélectionner immédiatement un objet par son nom
  • sélectionner rapidement une série d’objets semblables
  • gérer les différentes variantes d’une scène
  • créer facilement des bibliothèques de composants réutilisables pour des projets futurs
  • travailler en équipe de manière homogène, chacun utilisant une même dénomination pour un objet donné.

Comment nommer vos objets de manière logique?

Le système de dénomination des objets développé pour ARCH’image est plus spécifique au domaine de l’infographie 3D d’architecture mais le principe utilisé doit pouvoir s’adapter aux différents domaines d’utilisation des images de synthèse comme le cinéma, les jeux vidéos, l’imagerie scientifique ou industrielle.

Le système que nous avons mis en place se base en partie sur la norme BB/SfB, un système de classification Belge spécifique au secteur de la construction.

Nous avons choisi de donner un préfixe composé de 4 chiffres à tous nos éléments. Exemple: 4130-batA. Les deux premiers chiffres identifient l’élément de construction, le troisième identifie le type de matériau et le quatrième permet des variations de ce matériau.

En voici la décomposition:

  • 4 – – – : représente les finitions de la superstructure
  • 4 1 – – : représente une finition extérieure
  • 4 1 3 – : représente une finition extérieure en terre-cuite
  • 4 1 3 0 : s’il n’y a pas plusieurs finitions extérieures en terre-cuite différentes dans le projet, nous nous contentons du 0. Cette méthode permet donc un total de 10 types de briques de parement pour un projet, ce qui est habituellement amplement suffisant.
  • la dénomination qui suit n’est pas toujours indispensable mais elle peut aider à situer géographiquement l’élément ou identifier une variante.

Autres exemples: 3160 (châssis extérieur en métal), 3220 (châssis intérieur en bois), 4770 (couverture de toiture en ardoises), 2410 (escalier en béton).

Chaque projet dispose également d’un listing de tous les types d’élements et matériaux utilisés dans les scènes afin de pouvoir identifier instantanément un préfixe donné.

Cette méthode permet, par exemple, de sélectionner rapidement tous les éléments de finition en choisissant tous les éléments dont le nom commence par 4.

Pour des projets très complexes, on peut rajouter des chiffres ou des lettres pour identifier des zones spécifiques d’un projet. Suivant le logiciel d’infographie 3D utilisé, on peut aussi utiliser des calques ou des groupes ou encore travailler avec des références externes.

Lorsqu’on travaille en équipe, il n’est franchement pas évident que chacun utilise exactement le même mot de vocabulaire pour désigner un objet. Cette méthode permet donc de classer de manière relativement précise la majorité des éléments qu’on peut rencontrer dans une scène 3D d’architecture.

Comment nommer vos objets de manière systématique?

A ce niveau, il n’y a pas vraiment de solution miracle. C’est une question d’hygiène de travail ou plutôt une bonne habitude à prendre (ou à imposer). Et pour y parvenir, il faut motiver vos troupes (ou vous-même) en mettant l’accent sur les avantages apportés par cette pratique.

Vous serez malgré tout confronté à de nombreux problèmes qui devront être traités au cas par cas:

  • l’importation de données provenant d’intervenants n’utilisant pas le même système de nomenclature des objets ou des calques;
  • l’utilisation d’objets provenant de bibliothèques de composants extérieures à l’agence ou anciennes;
  • la décomposition d’éléments nommés logiquement en ses différents composants ne respectant pas la même nomenclature;
  • la perte d’informations (telle que le nom du calque) lors de la conversion des données;
  • le manque de temps pour renommer vos objets lorsque le timing devient trop serré;
  • les mauvaises habitudes qui reviennent…

Tout cela pour vous dire qu’il y a fort à parier que vous retrouverez toujours quelques éléments qui ne respectent pas la méthode de dénomination que vous aurez choisie. S’il s’agit d’un projet à long terme ou que vous remarquez des pertes de temps importantes, cela peut être rentable de passer un peu de temps à faire le ménage mais sinon… il vaut parfois mieux laisser tomber

Créer un système de nomenclature de vos objets peut sembler un travail fastidieux mais il sera très vite rentabilisé alors n’attendez plus et créez le vôtre!

Catégories : Infographie 3D

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.