architecte

capture d'écran du site ARCHImarketing.com

Il y a près d’un an, un de mes clients, Gilles, posait la question suivante en commentaire à mon article « Vous sentez-vous concerné par le Marketing?« : le marketing est-il si adapté à l’architecture ?

Après plus d’un an de maturation, j’ai le plaisir de vous présenter ma réponse: ARCHImarketing, mon nouveau projet destiné à donner des fondations solides pour la réussite de l’architecte professionnel.

De quoi s’agit-il ?

A partir du moment où on prend bien conscience que Sketchup est un logiciel d’esquisse 3D et pas un logiciel de CAO ni un logiciel d’infographie en images de synthèse, on sait à quels usages l’employer. Je pense que Sketchup est un outil formidable pour les architectes, principalement aux premiers stades de conception d’un projet d’architecture mais aussi d’urbanisme. Il ne vous sortira pas les plans, coupes et élévations automatiques et ne vous calculera pas les quantités mais vous permettra d’établir les bases d’un projet qui seront affinées par les logiciels spécialisés en CAO d’architecture comme ArchiCAD, Revit, AllPlan et autres. Ceux-ci permettent de réaliser des modèles tridimensionnels de projets beaucoup plus détaillés et plus « intelligents ». Ils font appel pour cela à des bibliothèques de composants réutilisables, plus ou moins standardisés. Ce sont des logiciels très (trop) complets qui nécessitent bien souvent un long apprentissage pour maîtriser la « bête » (ou l’usine à gaz si vous préférez). Sans bibliothèques de composants disponibles, le novice se retrouve très vite à devoir les créer lui-même pour qu’elles correspondent à son style et ses processus de travail. Il faut donc une longue période de mise en route avant d’être opérationnel et efficace.

Sketchup se positionne en marge de ces logiciels avec de nombreux avantages (et quelques inconvénients):