L’estimation de prix d’une image de synthèse d’architecture – 6/7 – Caméra, rendu et retouche

Cet article, consacré à l’influence des caméras, du calcul de rendu, de la retouche d’image et du compositing sur le prix d’une image de synthèse, fait suite aux articles sur la valeur, le temps et les compétences, les informations et documents nécessaires, l’environnement et les points de vue, la modélisation et enfin le texturage et les éclairages.

Caméra

Quel cadrage va convenir à votre client ?

Le placement d’une caméra est simple mais… Il faut parfois plusieurs essais pour que l’image corresponde aux souhaits du client. Un peu plus haut, un peu à gauche… Non finalement, je préférais le premier cadrage.

Intégration dans le site

Cette opération peut être rapide si vous disposez des informations suivantes :

  • éléments de repères visibles sur la photo, mesurables et mesurés
  • localisation exacte du point de vue
  • orientation géographique
  • focale utilisée pour la photo

N’oubliez pas de noter ou de demander l’heure exacte de prise de vue. Cela facilitera la tâche de configuration de l’éclairage de la scène.

L’idéal est de pouvoir effectuer les prises de vues vous-même. Mais ce n’est pas toujours possible ou rentable.

Si ce n’est pas le cas, prévoyez du temps pour faire des essais jusqu’à obtention d’un cadrage caméra correct. Une erreur de positionnement ou de focale peut ruiner le réalisme de votre image.

Petite astuce : beaucoup d’appareils photos numériques encodent une série d’informations (EXIF) sur la prise de vue de chaque photo. Vous pourrez souvent y dénicher la longueur de focale utilisée ainsi que l’heure et la date exacte de prise de vue.

Les vues d’avion

La vue d’avion est un cas particulier. En effet, il est quasi impossible de connaître la position exacte de la prise de vue.

Intégration d\'une image de synthèse dans une prise de vue aérienne

Le bâtiment à implanter occupe-t-il une petite partie ou presque toute la photo ? Un ensemble de bâtiment couvrant la quasi totalité de la photo rendra la caméra beaucoup plus difficile à placer. En effet, une petite erreur de focale ou de position se remarquera beaucoup vite. Modéliser de façon simplifiée les bâtiments environnants peut être d’une grande aide pour trouver le point de vue et la focale correspondants à votre photo.

Intégrer une image de synthèse dans un montage photo

Ne rêvez pas ! Il est impossible d’obtenir une intégration correcte sauf dans une situation très particulière, lorsque l’appareil est placé au point nodal lors des prises de vue.

Bref, dans la plupart des cas, vous devrez faire du bricolage. Prévoyez au minimum une heure pour faire des tests et rechercher la « solution la moins pire ».

Les animations en images de synthèse

Déplacement de certains éléments de la scène

Excepté le déplacement de piétons ou de véhicules, l’animation d’objets est peu fréquente en image de synthèse d’architecture. Je ne l’aborde donc pas ici.

Déplacement caméra

La déambulation est par contre très répandue. Pour estimer au mieux le temps d’animation nécessaire (et évaluer le temps de calcul correspondant), l’idéal est de créer…

un storyboard

Le storyboard est un outil fantastique pour l’infographiste. Il permet:

  1. de déterminer les points de vue « clé »
  2. d’estimer le temps nécessaire pour chaque phase de l’animation
  3. de faire valider le principe au client avant de se lancer dans le travail, parfois fastidieux, de configuration du trajet caméra
  4. de déterminer quels éléments de la scène doivent être détaillés plus précisément

Le rendu ou calcul de l’image

Les temps de calcul dépendent principalement de 4 éléments: la résolution d’image, le nombre de sources lumineuses, le mode de rendu et, dans le cas de l’animation, la durée de l’animation.

La résolution

Plus la résolution est élevée, plus le temps de calcul est long. Et ce phénomène a encore plus d’incidence sur le temps de réalisation d’une image si vous utilisez un moteur de rendu photo-réaliste.

Le nombre de sources lumineuses

Pour chaque source de lumière, votre logiciel doit calculer le suivi de plusieurs rayons. Dans le cas de la radiosité et des moteurs photo-réalistes, le logiciel va ensuite calculer la quantité de lumière réfléchie par chaque surface touchée par un rayon lumineux et ainsi de suite.

Mieux vaut utiliser un nombre le plus réduit possible de sources lumineuses.

Les matériaux gourmands en temps de calcul

Plus un matériau est complexe (nombre de maps, transparence et réfraction, reflets en raytracing, etc.), plus le calcul d’image est lent. Il est parfois intéressant de faire un test sur un objet ou une partie de scène pour estimer au mieux l’influence d’une configuration de matériau sur le temps de calcul.

Le mode de rendu

Les moteurs de rendu photo-réalistes

Avec ces logiciels, le calcul d’une seule image en haute résolution peut prendre plusieurs heures actuellement. Vous pouvez réduire ce temps en calculant l’image avec plusieurs ordinateurs en réseau si votre logiciel le permet. Mais cela prend toujours beaucoup de temps pour les tests de matériaux ou d’éclairage par exemple.

La radiosité

Une fois le calcul du maillage de radiosité terminé, les calculs d’images sont relativement rapides, pour autant qu’aucun objet de la scène ne soit en mouvement. Si c’est le cas, le logiciel doit recalculer la radiosité pour chaque image. Les images d’architecture mettant rarement en scène des mouvements d’objets, la radiosité peut être une méthode rapide de calculer des images réalistes. Mais rien ne peut battre la vitesse du…

Rendu par défaut

Ce type de rendu est très rapide car le logiciel se contente de calculer les éclairages directs. Cependant, obtenir une image réaliste nécessite une excellente connaissance du comportement de la lumière et de la configuration des sources lumineuses pour simuler une illumination globale. Cette méthode de rendu est particulièrement rentable pour les animations, les rendus en très haute résolution et pour les projets nécessitant de nombreux changements.

Les rendus de test

A moins que vous n’ayez découvert le bouton « fais-moi une image parfaite » (si c’est le cas, laissez un commentaire, SVP :), vous aurez besoin de calculer beaucoup d’images. Pour tester l’éclairage, l’apparence des matériaux, les points de vue… Tenez-en compte dans votre offre de prix !

Retouche d’image

Ce qui est fait n’est plus à faire

Plus votre image de synthèse est « propre », sans défauts, moins vous aurez de retouches à faire. Cependant, il peut arriver que le temps nécessaire pour optimiser le modèle 3D soit beaucoup plus long que le temps nécessaire pour retoucher l’image en post-production.

Attention aux animations ! Quand il y en a des centaines ou des milliers à calculer, obtenir une image correcte lors du rendu devient indispensable.

Compositing

La forme la plus commune de compositing en infographie d’architecture est l’intégration de l’image de synthèse dans une photo.

Une fois le rendu d’image calculé, il vous reste encore de nombreuses étapes avant d’obtenir votre image finale intégrée :

  1. Détourage des éléments à l’avant-plan
  2. Retouche colorimétrique
  3. Ajout des ombres portées par le modèle 3D sur les éléments existants visibles sur la photo
  4. Ajout des ombres portées par les bâtiments et autres éléments existants sur le modèle virtuel
  5. Et parfois (souvent ?), la retouche de la photographie pour éliminer des éléments à évacuer ou démolir lors du chantier (végétation, parties de bâtiment, mobilier, véhicules, signalisation, etc.)

Une autre forme de compositing fait appel au rendu par passes (ombres, couleurs diffuses, reflets, etc.) pour donner plus de contrôle sur l’aspect final de l’image de synthèse :

  • Intensité des ombres
  • Couleurs des matériaux
  • Effets spéculaires
  • Effets de halo lumineux
  • Etc.

Enfin, vous pouvez également ajouter des éléments d’ambiance (ciel, silhouettes, végétation, etc.) à posteriori et améliorer la mise en valeur de l’image.

Perspective en image de synthèse avec ajout d\'un ciel, de silhouettes et de végétation

Montage vidéo et effets spéciaux

Le montage vidéo peut parfois prendre beaucoup de temps. C’est notamment le cas si vous devez faire un montage style « clip vidéo » avec de nombreuses découpes, des transitions ou des titrages.

Des effets spéciaux peuvent aussi être appliqués aux images fixes comme aux animations. Si cela est nécessaire, tenez en compte dans votre offre. Et, si vous déléguez cette tâche, demandez d’abord un devis à votre prestataire de service avant de vous engager sur un prix et un délai de réalisation.

Dans le dernier article de cette longue série, j’aborderai la livraison, les utilisations des images et… le prix d’une image de synthèse. Stay tuned !

Si vous souhaitez recevoir une offre de prix sans mauvaise surprise, demandez votre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.