Pouvoir de l’image et manipulation – 3ème partie – Image et réalité

Une image, même photographique, ne reste dans le meilleur des cas qu’une représentation de la réalité… d’une réalité devrais-je dire! Dans le cas d’images de synthèse présentant un projet futur, ces images ne constituent jamais une garantie de réalisation.

Ceci n'est pas un intérieur - Une image ne représente jamais parfaitement la réalité

Cet article fait suite aux articles suivants:

L’image et la réalité

En infographie d’architecture par exemple, les données qui sont connues et transmises à l’infographiste sont le plus souvent fragmentaires.

L’élaboration et la construction d’un projet de bâtiment fait appel à de nombreux intervenants qui, chacun à leur niveau, feront évoluer un projet en fonction de leur domaine de compétence. De nombreuses décisions seront encore prises en cours de réalisation soit bien après la production de l’image sensée représenter le projet définitif.

J’ai souvent remarqué que de nombreux éléments et détails sont représentés en plan de manière abstraite. En infographie d’architecture, il n’y a plus de place pour ces zones floues où le concepteur se dit que cet aspect du projet sera solutionné plus tard, parfois même sur le chantier : nous avons besoin des mêmes informations que l’entrepreneur qui devra transposer les idées et les plans du concepteur en un bâtiment physique concret.

De même, les textures et les caractéristiques des matériaux utilisés en infographie 3D sont au mieux des approximations dont la conformité à la réalité dépend de plusieurs facteurs dont:

  • le talent et l’expérience de l’infographiste;
  • la disponibilité des textures et des informations concernant les caractéristiques physiques des matériaux et les capacités des logiciels de rendu;
  • le délai de réalisation – on parvient à présent à donner une représentation très proche visuellement de l’apparence réelle du projet fini mais cela nécessite des temps de modélisation, de texturage, d’éclairage et de calcul des rendus qui sont le plus souvent totalement incompatibles avec les délais et les budgets alloués.

Les images de synthèse photo-réalistes, et les photographies ne sont JAMAIS totalement objectives

La photographie devient une sorte de démonstration. Il ne s’agit plus de produire une image exacte de l’oeuvre architecturale mais bien de promouvoir l’architecte et son travail. – Julius Shulman

De par le choix du cadrage et de l’éclairage, que ce soit pour une photo ou pour une image de synthèse, l’infographiste ou le photographe ne donne qu’une représentation souvent idéalisée à un moment bien précis et avec des conditions météorologiques uniques.

Même si l’infographiste tente d’approcher au mieux les conditions réelles, par exemple dans le cas d’une intégration dans le site en images de synthèse photoréalistes d’un projet, la représentation ne sera que ponctuelle et ne pourra jamais être étendue aux conditions réelles, toujours changeantes.

Une différence fondamentale entre image de synthèse et photographie d’architecture

Mon troisième exercice de gymnastique mentale dans la maîtrise de l’image photographique pourrait s’intituler « transfiguration »: c’est une démarche d’idéalisation, de glorification et de dramatisation. – Julius Shulman

Les utilisations de l’image de synthèse et de la photographie d’architecture varient le plus souvent. Alors que l’image de synthèse est le plus souvent utilisée pour présenter visuellement un projet qui n’est pas encore construit, la photographie d’architecture est un témoin de l’existence du projet.

Par la photographie et sa publication, le projet acquiert une dimension historique et devient un témoin de la maîtrise de l’architecte et de sa conception de l’architecture. Dans cette perspective, l’image doit être attractive pour attirer l’attention des éditeurs et des directeurs artistiques. Sans cela, une oeuvre architecturale exceptionnelle mais mal représentée risque d’être rejetée uniquement parce que sa représentation photographique ne donne pas la pleine mesure du projet.

La suite: « Pouvoir de l’image et manipulation (4) : Manipulation DE l’image ou PAR l’image ?« 

4 commentaires


  1. Qu’est-ce qui rend une image virtuelle séduisante ?

    Vaste sujet… Je pense que le processus de séduction d’une image est semblable à celui d’un être humain. Nous ne sommes pas attirants pour tout le monde. De même, une image (et le projet qu’elle représente) ne plaira jamais à tout le monde. Il est donc essentiel de penser votre projet et d’optimiser vos images pour plaire à votre client idéal.

    A quel(s) manque(s) répond votre projet d’immeuble? Un besoin d’espace? De l’intimité? Des relations de voisinage harmonieuses? Un besoin de verdure et d’environnement naturel? Des signes extérieurs de richesse?

    Une image qui sera séduisante pour un couple de retraités écolo fera sans doute fuir un célibataire amateur d’after-party et de belles carrosseries… et inversément.

    Lorsque je réalise une image de synthèse d’architecture pour un usage commercial promotionnel, j’essaie d’imaginer le type de client qui correspond le mieux au projet. Puis je définis les éléments qui ont le plus de chance d’attirer ce type de client idéal et je les intègre dans l’image. J’essaie que mon image raconte une histoire aux spectateurs… Leur histoire peut-être?

    Comment catégoriser les éléments constitutifs d’une image suivant leur pouvoir de générer de l’information ou des émotions?

    Pour les informations, je n’ai pas de réponse toute faite. Cela dépend beaucoup de l’environnement. Les informations à transmettre au client potentiel au travers d’une image varient beaucoup d’un projet de bâtiment à l’autre. Je ne pense pas qu’il y ait de généralités à ce niveau.

    Par exemple, si je dois illustrer un projet de bureaux ou de surface commerciale, j’insisterai sur les voies de communication et les facilités de parking. Ce ne sera pas le cas pour un projet d’immeuble à appartements ou de maison individuelle pour lesquels je mettrai plus l’accent sur l’environnement naturel existant ou futur.

    Pour la génération d’émotions, voici ma liste:

    • l’environnement réel s’il est exceptionnel – si ce n’est pas le cas, il vaut souvent mieux éviter de le montrer
    • les personnages – ceux-ci donnent une échelle humaine très importante aux projets d’architecture. Cependant, je privilégie depuis de nombreuses années l’utilisation de silhouettes blanches ou grisées plutôt que des photos de personnes réelles détourées.
    • la végétation – suivant les cas, la végétation peut avoir autant de poids émotionnel que les personnages. Un des problèmes avec l’ajout de végétation dans les images est que celle-ci ne correspond jamais parfaitement avec la réalité présente ou même future. La plupart des promoteurs ou des architectes n’ont pas de projet précis d’aménagement paysager. Et même si ces projets existent, la représentation que je peux en donner n’est jamais qu’un pari sur l’avenir.
    • les véhicules – j’ai le sentiment que l’ajout de véhicules sur une image de projet d’habitat est plus une nuisance qu’un bienfait. Il faut montrer que le projet dispose de suffisament de posibilités de parking mais j’évite de mettre trop de véhicules sur ces emplacements. Le choix d’une voiture est souvent très représentatif de son propriétaire. Si je place une Lada ou une Ferrari dans l’image, je caractérise immédiatement le type de voisins que je client potentiel va cotoyer. J’utilise donc plutôt des véhicules courants pour correspondre au plus grand nombre.
    Répondre

  2. Dans le cas de production d’une image virtuelle d’architecture dans un but commercial (pour représenter une opération immobilière par exemple) :
    Selon vous, quels sont les éléments qui font qu’une image virtuelle soit plus séduisante (voir plus vendeuse) qu’une autre ? Peut-on dans ce même sens catégoriser les éléments qui constituent le ‘‘cadre’’ du projet représenté (environnement, végétation, personnages, véhicules…) en fonction des information qu’on veut communiquer et les émotions qu’on essaye de générer ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.