La visite virtuelle interactive en images de synthèse: plus efficace qu’une animation linéaire pour transmettre une information?

Les informations véhiculées par une visite virtuelle interactive en images de synthèse sont-elles assimilées plus rapidement et pour plus longtemps que par le biais d’images fixes ou même d’une animation linéaire telle qu’un film ou une vidéo?

C’est ce que je pense… et voici mes arguments:

Une visite virtuelle interactive peut combiner les moyens de transmettre l’information:

  • images fixes;
  • textes;
  • sons et musique;
  • réalité virtuelle (QuickTime VR, VRML, etc.).

Quels sont ses avantages sur les images fixes ou sur les animations linéaires (film/vidéo)?

Si la réponse ne vous intéresse pas, faites directement l’expérience d’une visite virtuelle et profitez-en pour apprendre comment protéger votre maison contre le vol et l’incendie.

Les avantages d’une visite virtuelle interactive sur les images fixes ou les animations linéaires sont multiples:

  • Les informations sont délivrées dans leur contexte, au moment de la visite qui convient le mieux;
  • La visite interactive donne un pouvoir de décision au visiteur et le fait participer activement au processus de transmission de l’information. Dans une animation linéaire, le spectateur est passif et doit regarder l’animation de bout en bout pour obtenir les informations qui l’intéressent et qui ne constituent bien souvent qu’une fraction des informations proposées. Dans une animation interactive, ce sont les actions personnelles du spectateur qui déterminent le moment et les informations présentées. Le spectateur est beaucoup plus impliqué dans la recherche de l’information, ce qui en favorise l’assimilation et la mémorisation.
  • Une animation virtuelle interactive permet au visiteur d’expérimenter à son rythme la dimension spatiale d’un projet.
  • Il est possible de présenter l’information en permettant au visiteur de choisir son vecteur préféré: image, texte ou sonore. On peut également combiner ces vecteurs pour un maximum d’efficacité.
  • La visite virtuelle interactive, en laissant le visiteur choisir son parcours, aiguise sa curiosité et l’incite à poursuivre sa découverte des informations disséminées dans le projet. L’effet de surprise joue également comme pour un jeu vidéo ou un thriller qui perd de son intérêt lorsqu’on en connaît la fin.
  • La visite interactive permet l’immersion dans le projet. Soit physiquement, au moyen d’un casque stéréoscopique (mais c’est encore très peu répandu et son prix est exorbitant), soit mentalement grâce à des images et/ou des déplacements qui simulent suffisamment la réalité. C’est ce qui se produit lorsque vous êtes tellement « pris » par un film ou un jeu vidéo que votre corps suit les mouvements du héros ou de votre avatar à l’écran.
  • Le plus important est sans doute que le visiteur expérimente librement et dynamiquement le projet. Cette expérience personnelle augmentera très certainement la mémorisation à long terme des informations que le visiteur aura recherché par lui-même au cours de sa visite.

Un exemple concret: le projet « Maison Virtuelle 1.0″ du Service public fédéral Intérieur belge »

Il s’agit d’un projet à vocation pédagogique et informative qui vise à faire prendre conscience au citoyen des risques de cambriolage et d’incendie d’une maison d’habitation. Ce projet cherche à informer « en temps réel » en fournissant des conseils relatifs à chaque pièce visitée.

Le processus d’élaboration du projet

Notre client nous avait contacté car il recherchait un prestataire capable de présenter une série de conseils au moyen d’un film d’animation en images de synthèse. Il est vite apparu que ce moyen de communication n’était pas idéal, notamment pour transmettre efficacement des informations sous forme de textes. ARCH’image a alors proposé un visite virtuelle interactive sous forme d’un site web composé d’images panoramiques dont certaines zones sont cliquables et donnent accès à des fiches techniques contextuelles et aux autres points de vue.

La première version du projet a été présentée à Batibouw en 2006.

Ses points forts

  • Expérimentation spatiale du projet.
  • Localisation dans le projet à chaque instant grâce à une vue en plan situant le point de vue actuel.
  • Possibilité de passer d’un point de vue à un autre en cliquant soit dans la vue panoramique, soit sur la vue en plan, soit encore dans un menu.

Ses points faibles

  • Par manque de temps, le projet avait été optimisé pour le navigateur Firefox et une dimension d’écran correspondant au matériel disponible sur le stand de Batibouw.
  • Les vues panoramiques étaient prévues pour être lues depuis un disque dur rapide et leur temps de chargement est relativement long par Internet.
  • Les contenus des fiches techniques étaient trop succincts.

Dans un avenir (très) proche

Toutes ces limitations sont prises en compte et seront résolues pour la version 2.0 du projet qui sera présentée lors du salon Batibouw 2007. Le projet devrait, dans le même temps, être accessible à tous par Internet. Il sera disponible soit en version « 3D » interactive pour les connexions rapides, soit en version « light » sans les vues panoramiques pour les connexions lentes et les personnes souffrant d’un handicap visuel ou moteur les empêchant d’utiliser la version « 3D ».

En attendant de visiter le stand du Service public fédéral Intérieur à Batibouw (Bruxelles) en 2007, vous pouvez expérimenter la « Maison virtuelle 2.0 » en cliquant sur l’image ci-dessous. Elle est à présent accessible à la majorité des navigateurs actuels mais est optimisée pour une résolution d’écran de 1280 pixels de large. Certaines vue panoramiques peuvent prendre du temps à se charger en fonction de votre connexion Internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.